Autre

Toro Toro

Toro Toro



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Richard Sandoval a créé un espace somptueux mais confortable pour les clients qui veulent des plats latinos haut de gamme présentés avec une touche créative et pourtant des plats avec des saveurs et des plats traditionnels.

Avec les nouvelles du nouveau chef de Toro Toro, Roberto Hernandez, manger dans ce point chaud du centre-ville semble presque obligatoire. Après tout, Hernandez a grandi en regardant sa grand-mère préparer des plats cubains avant de grandir pour entrer dans une école de cuisine à West Palm Beach. Depuis, il parcourt le monde, allant de cuisine en cuisine pour enrichir ses compétences et son répertoire. Outre la bonne nourriture, le cadre intérieur attrayant et les sièges en plein air en font un restaurant incontournable en plein centre-ville de DC.

C'est aussi le plus haut de gamme des nombreux autres restaurants DC de Sandoval, des endroits qui mettent en valeur ses plats latinos mais pas avec le même panache qu'à Toro Toro. Il n'est donc pas surprenant que le personnel accueillant - et si vous avez de la chance, même le chef - vous accueille à votre entrée. Une fois assis et après avoir parcouru le long menu, commandez quelques-uns des cocktails signature de la maison : quoi de plus rafraîchissant qu'un Pisco Sour aux fruits de la passion pour planter le décor ?

Alors que vous commencez à parcourir le menu, vous constaterez peut-être que faire cette sélection - ou, d'ailleurs, des sélections - pourrait être difficile. Raison? Autant de tentations de la cuisine, auxquelles vous pouvez méditer tout en grignotant les petits pains frais servis avec une salsa de tomates. Pour commencer, les choix sont nombreux, tellement nombreux que vous pourriez composer votre repas entier parmi les sélections d'entrées. Plusieurs se démarquent, dont les tacos au thon ahi et au malanga servis dans des tortillas croustillantes, le carpaccio de bœuf Wagyu (boeuf tranché en papier mince) et l'anticucho poulpe-chorizo, servi avec un hachis de pommes de terre rattes et un aïoli de chimichuri fumé.

La section des entrées du menu est divisée en assiettes signature comprenant un saumon barbecue et un hamburger Toro Toro. Mais le ribeye Tomahawk grillé est un gagnant, tendre, juteux et captivant. Les accompagnements sont nombreux, bien sûr, mais le chipotle mac 'n' chese et les choux de Bruxelles parsemés de pancetta font l'équilibre parfait des saveurs, ainsi que l'équilibre calorique.

Terminer par quelque chose de sucré pourrait vous apporter la surprise de votre repas si vous commandez La Bomba. Il s'avère que c'est un favori de longue date chez Toro Toro, et une fois que vous en ressentirez le frisson, vous comprendrez pourquoi. Tout d'abord, les serveurs tapissent la table avec une feuille de plastique, un effort surprenant pour un dessert. Et puis le chef apparaît avec une énorme "bombe" de chocolat qui "explose" sur la table alors qu'il la laisse tomber devant vous. Sortez des boules de glace maison, des crumbles aux amandes, une mousse au cheesecake, des fruits de la passion et une sauce au caramel. Abasourdi, vous ne savez peut-être pas par où commencer, mais creusez rapidement avant que les boules de glace ne fondent. Soit dit en passant, c'est délicieux et un régal inattendu. En outre, les clients des autres tables regarderont cette présentation de dessert avec amusement et étonnement.

Une fois le repas terminé, vous pouvez descendre dans le salon si des animations sont à l'horaire - DJ et danse un vendredi ou un samedi soir. Sinon, au déjeuner ou à d'autres moments, ressentez un contentement culinaire en vous dirigeant vers la ville. Vous venez de profiter d'un incroyable régal latino

Toro Toro, 1300 Eye Street, NW, Washington, DC. Téléphone : 202-682-9500. Ouvert tous les jours pour le déjeuner et le dîner.

Roberto Hernandez

En prenant en charge les cuisines du restaurant Toro Toro de DC, une destination de choix pour les amateurs de plats latinos, Roberto Hernandez peut se dire fou de mener une vie aussi chargée, mais les clients sont ravis de la qualité de l'élaboration du menu du restaurant. Après tout, il cuisine depuis son enfance dans son Porto Rico natal. "Je pense que c'était une affaire de famille toute ma vie", a-t-il déclaré. « La cuisine a toujours été la pièce la plus fréquentée de la maison, et je grandissais dans la pièce la plus animée de la maison. » Là, il avait l'habitude de regarder sa grand-mère cubaine cuisiner toutes sortes de plats indigènes, y compris, il se souvient de ses favoris personnels (et de ses plats réconfortants) la queue de bœuf et la langue.

Alors qu'il était à l'université, Hernandez a commencé à travailler dans des cuisines pour gagner de l'argent de poche. C'est à ce moment-là qu'il s'est rendu compte que ce qu'il voulait vraiment faire était de devenir chef, alors il a fréquenté le Florida Culinary Institute à West Palm Beach, où il a acquis les connaissances de base en cuisine ainsi qu'une compréhension de nombreuses autres cuisines.

Après l'obtention de son diplôme, Hernandez a travaillé dans divers restaurants en Floride, du français au chinois, et a travaillé avec le chef français Claude Troisgros à l'hôtel Delano. « J'ai appris de lui à appliquer les techniques françaises aux ingrédients brésiliens », a-t-il déclaré. « J'ai beaucoup appris de la cuisine française classique.

Après avoir cuisiné dans plusieurs restaurants de Miami, au cours de laquelle il a cuisiné pour de nombreuses célébrités dont Billy Joel, Paul McCartney, Bono et Russell Simons, il a été nommé chef de cuisine au complexe Mar-a-Lago de Donald Trump à Palm Beach. « J'y ai travaillé pendant 3 ans, raconte-t-il. "J'ai écrit des menus, fait des voyages pour m'éduquer." Le complexe étant fermé de juin à octobre, Hernandez a eu le temps et l'opportunité de démarrer une entreprise de conseil en restauration. Finalement, il a démissionné, a déménagé à Porto Rico et a ouvert sa propre société de conseil à succès.

En 2012, Hernandez est retourné à Porto Rico pour élargir son portefeuille de consultants en tant que directeur culinaire de Cultura Culinaria LLC, une fondation à but non lucratif qui positionne la gastronomie portoricaine dans les Caraïbes, en Amérique centrale et en Amérique du Sud. Il a contribué à la conception et a développé la logistique pour des événements culinaires à Porto Rico et USVI. À l'automne 2013, alors qu'il travaillait pour Cultura Culinaria LLC, Hernandez a été invité à l'International Culinary Center de New York pour présenter une démonstration de cuisine sur la cuisine portoricaine et son évolution. Ensuite, ses talents l'ont amené à être un chef invité vedette du restaurant Mio à Washington, DC, où il acceptera plus tard un poste de chef exécutif à l'été 2014.

À l'été 2015, Richard Sandoval l'a nommé à la tête du restaurant Toro Toro. Et les plats les plus populaires ? « En ce moment, a-t-il dit, c'est un mélange d'empanadas lomo saltado, qui sont très populaires, et le ceviche nikkei, qui est une fusion entre les plats asiatiques et péruviens, et les tacos au thon, le bar et le coréen. travers de porc.


Née et élevée à Turin, Katia Delogu est une chef pâtissière très passionnée qui est arrivée à New York en 2010 pour devenir chef pâtissier exécutif chez Eataly. Depuis, Katia parcourt le monde pour former de jeunes chefs pâtissiers et ouvrir de nouvelles pâtisseries pour Eataly.

« J'ai deux objectifs ambitieux. Tout d'abord, je veux présenter la vraie pâtisserie italienne aux Américains, et ensuite, je veux former plus de femmes professionnelles en tant que pâtissières, car les hommes ont toujours dominé la scène de la pâtisserie.

Katia, parle de la différence entre les pâtisseries italiennes et américaines, décrivant comment la pâtisserie évolue aux États-Unis et ce que les Américains aiment le plus.

Quelles sont les principales différences entre la pâtisserie italienne et la pâtisserie américaine ?
La pâtisserie américaine, c'est avant tout la simplicité – une recherche minutieuse de produits naturels, de saison et locaux, mais surtout, elle repose sur une technique très simple. Ce qui me frappe [à propos des pâtisseries américaines], c'est l'utilisation de tant de saveurs et d'épices. En Italie, c'est l'inverse : on a tendance à valoriser les principaux ingrédients d'une recette. La pâtisserie italienne est le résultat d'influences historiques et culturelles qui la rendent plus sophistiquée et plus riche.

Pourquoi la pâtisserie italienne classique semble-t-elle avoir du mal à décoller aux États-Unis ?
Outre la pâtisserie italienne, la pâtisserie "moderne", en général, a eu du mal à décoller [en Amérique] en raison de différences historiques et culturelles. Par exemple, aux USA, on a toujours considéré le dessert comme gourmand et riche, alors que l'évolution de la pâtisserie européenne a connu une certaine évolution vers une esthétique ou un goût plus sain, utilisant des ingrédients de plus en plus sophistiqués. Il existe cependant un compromis quelque part entre les deux et, par conséquent, une grande appréciation (et un grand succès) sur le marché américain s'est développée pour les pâtisseries traditionnelles du sud de l'Italie.

Les sucreries du sud de l'Italie sont une sorte de nourriture réconfortante pour les Américains puisqu'elles ont été les premières à être importées et fabriquées par des immigrants du sud de l'Italie. Pas seulement à cause de cela, cependant. Les pâtisseries du sud de l'Italie, comme les cannoli et le babà, sont riches et sucrées comme les pâtisseries américaines. En termes d'italien pasticceria, les Américains s'identifient le plus souvent à ceux-ci.

Quels sont les desserts italiens les le plus populaire auprès des Américains?
Cannoli, sfogliatelles, baba, et bien sûr, le tiramisu. Au cours de mes 10 années d'expérience chez Eataly, nous avons essayé et contribué à faire connaître un peu plus la pâtisserie italienne moderne, ainsi que les différentes pâtisseries italiennes régionales.

Katia Delogu avec le célèbre chef pâtissier italien Corrado Assenza

Qu'aimez-vous le plus dans la pâtisserie américaine ?
Sa simplicité, la grandeur d'une certaine technique, faisant référence à une pâtisserie monumentale. Certaines créations sont une œuvre d'art.

A l'italien pasticceria évolué en Italie et en Amérique ?
En Italie beaucoup – enfin ! Nous nous sommes adaptés au reste de l'Europe et du monde, en adoptant de nouvelles techniques et en réalisant des pâtisseries plus légères.

Quelles sont les principales caractéristiques de la pâtisserie italienne ?
La recherche, l'évolution et la redécouverte en cours commencent à partir d'un vaste contexte régional, historique et culinaire. Les pâtissiers italiens ont de la chance car ils peuvent choisir parmi une large gamme d'ingrédients de très haute qualité et les combiner pour le meilleur résultat. Les ingrédients font l'affaire pour moi!

Pourquoi avez-vous choisi Torta di Toro comme recette à partager ?
J'ai choisi ce gâteau car c'est celui qui me représente le plus. Il est composé de mes ingrédients préférés : les noisettes du Piemonte. Je l'ai créé il y a longtemps, et je l'ai dédié à mon équipe de foot préférée : Turin.

Torta di Toro de Katia Delogu

Torta di Toro: Une recette de la chef pâtissière Katia Delogu

Ingrédients pour la « frolla » (croûte):
70 g de beurre (5 cuillères à soupe)
40 g de sucre (1/5 tasse)
1 oeuf
100 g de farine 100 gr (¾ tasse)

Méthode:
Mélanger les ingrédients ensemble dans l'ordre indiqué. Laisser reposer la frolla au réfrigérateur pendant 2 heures. Après le repos, étalez la pâte jusqu'à 4 mm d'épaisseur. Utiliser pour couvrir un moule à cake beurré (20 cm de diamètre).

Ingrédients pour le « frangipanier » :

80 g de beurre (1/3 tasse)
80 g de sucre (2/5 tasse)
2 oeufs
80 g de farine de noisette (¾ tasse)

Méthode:
À l'aide d'une spatule, mélanger le beurre et le sucre dans un mélangeur fixe. Ajouter un œuf à la fois, suivi de la farine. Répandre la frangipane sur le frotter croûte et cuire au four à 325 pendant 35 minutes. Laissez refroidir le gâteau avant de le démouler. Conserver au réfrigérateur.

Ingrédients pour le « cremino » (garniture) :
100 g de chocolat blanc (4 onces)
100 g de pâte de noisettes (4 oz)

Méthode:
Faire fondre le chocolat et ajouter la pâte de noisettes. Combiner.

Ingrédients pour l'assemblage et la décoration :

50 g de chocolat au lait (2 onces)
Noisettes entières
Gianduia chocolat pour la décoration

Faites fondre 50 g de chocolat au lait et utilisez-le pour faire une couronne autour du gâteau, suivi des noisettes entières. Laisser reposer le gâteau au réfrigérateur, puis verser le fondu cremino dessus (attention à ne pas trop le remplir !) et le remettre au réfrigérateur pour qu'il durcisse à nouveau.
Décorer avec rasé gianduia boucles de chocolat.
Servir à température ambiante.


Née et élevée à Turin, Katia Delogu est une chef pâtissière très passionnée qui est arrivée à New York en 2010 pour devenir chef pâtissier exécutif chez Eataly. Depuis, Katia parcourt le monde pour former de jeunes pâtissiers et ouvrir de nouvelles pâtisseries pour Eataly.

« J'ai deux objectifs ambitieux. Tout d'abord, je veux présenter la vraie pâtisserie italienne aux Américains, et ensuite, je veux former plus de femmes professionnelles en tant que pâtissières, car les hommes ont toujours dominé la scène de la pâtisserie.

Katia, parle de la différence entre les pâtisseries italiennes et américaines, décrivant comment la pâtisserie évolue aux États-Unis et ce que les Américains aiment le plus.

Quelles sont les principales différences entre la pâtisserie italienne et la pâtisserie américaine ?
La pâtisserie américaine, c'est avant tout la simplicité – une recherche minutieuse de produits naturels, de saison et locaux, mais surtout, elle repose sur une technique très simple. Ce qui me frappe [à propos des pâtisseries américaines], c'est l'utilisation de tant de saveurs et d'épices. En Italie, c'est l'inverse : on a tendance à valoriser les principaux ingrédients d'une recette. La pâtisserie italienne est le résultat d'influences historiques et culturelles qui la rendent plus sophistiquée et plus riche.

Pourquoi la pâtisserie italienne classique semble-t-elle avoir du mal à décoller aux USA ?
Outre la pâtisserie italienne, la pâtisserie "moderne", en général, a eu du mal à décoller [en Amérique] en raison de différences historiques et culturelles. Par exemple, aux USA, nous avons toujours considéré le dessert comme gourmand et riche, alors que l'évolution de la pâtisserie européenne a connu une certaine évolution vers une esthétique ou un goût plus sain, utilisant des ingrédients de plus en plus sophistiqués. Il existe cependant un compromis quelque part entre les deux et, par conséquent, une grande appréciation (et un grand succès) sur le marché américain s'est développée pour les pâtisseries traditionnelles du sud de l'Italie.

Les sucreries du sud de l'Italie sont une sorte de nourriture réconfortante pour les Américains puisqu'elles ont été les premières à être importées et fabriquées par des immigrants du sud de l'Italie. Pas seulement à cause de cela, cependant. Les pâtisseries du sud de l'Italie, comme les cannoli et le babà, sont riches et sucrées comme les pâtisseries américaines. En ce qui concerne l'italien pasticceria, les Américains s'identifient le plus souvent à ceux-ci.

Quels sont les desserts italiens les le plus populaire auprès des Américains?
Cannoli, sfogliatelles, baba, et bien sûr, le tiramisu. Au cours de mes 10 années d'expérience chez Eataly, nous avons essayé et contribué à faire connaître un peu plus la pâtisserie italienne moderne, ainsi que les différentes pâtisseries italiennes régionales.

Katia Delogu avec le célèbre chef pâtissier italien Corrado Assenza

Qu'aimez-vous le plus dans la pâtisserie américaine ?
Sa simplicité, la grandeur d'une certaine technique, faisant référence à une pâtisserie monumentale. Certaines créations sont une œuvre d'art.

A l'italien pasticceria évolué en Italie et en Amérique ?
En Italie beaucoup – enfin ! Nous nous sommes adaptés au reste de l'Europe et du monde, en adoptant de nouvelles techniques et en réalisant des pâtisseries plus légères.

Quelles sont les principales caractéristiques de la pâtisserie italienne ?
La recherche, l'évolution et la redécouverte en cours partent d'un vaste contexte régional historique et culinaire. Les pâtissiers italiens ont de la chance car ils peuvent choisir parmi une large gamme d'ingrédients de très haute qualité et les combiner pour le meilleur résultat. Les ingrédients font l'affaire pour moi!

Pourquoi avez-vous choisi Torta di Toro comme recette à partager ?
J'ai choisi ce gâteau car c'est celui qui me représente le plus. Il est composé de mes ingrédients préférés : les noisettes du Piemonte. Je l'ai créé il y a longtemps, et je l'ai dédié à mon équipe de foot préférée : Turin.

Torta di Toro de Katia Delogu

Torta di Toro: Une recette de la chef pâtissière Katia Delogu

Ingrédients pour la « frolla » (croûte):
70 g de beurre (5 cuillères à soupe)
40 g de sucre (1/5 tasse)
1 oeuf
100 g de farine 100 gr (¾ tasse)

Méthode:
Mélanger les ingrédients ensemble dans l'ordre indiqué. Laisser reposer la frolla au réfrigérateur pendant 2 heures. Après le repos, étalez la pâte jusqu'à 4 mm d'épaisseur. Utiliser pour couvrir un moule à cake beurré (20 cm de diamètre).

Ingrédients pour le « frangipanier » :

80 g de beurre (1/3 tasse)
80 g de sucre (2/5 tasse)
2 oeufs
80 g de farine de noisette (¾ tasse)

Méthode:
À l'aide d'une spatule, mélanger le beurre et le sucre dans un mélangeur fixe. Ajouter un œuf à la fois, suivi de la farine. Répandre la frangipane sur le frotter croûte et cuire au four à 325 pendant 35 minutes. Laissez refroidir le gâteau avant de le démouler. Conserver au réfrigérateur.

Ingrédients pour le « cremino » (garniture) :
100 g de chocolat blanc (4 onces)
100 g de pâte de noisettes (4 oz)

Méthode:
Faire fondre le chocolat et ajouter la pâte de noisettes. Combiner.

Ingrédients pour l'assemblage et la décoration :

50 g de chocolat au lait (2 onces)
Noisettes entières
Gianduia chocolat pour la décoration

Faites fondre 50 g de chocolat au lait et utilisez-le pour faire une couronne autour du gâteau, suivi des noisettes entières. Laisser reposer le gâteau au réfrigérateur, puis verser le fondu cremino dessus (attention à ne pas trop le remplir !) et le remettre au réfrigérateur pour qu'il durcisse à nouveau.
Décorer avec rasé gianduia boucles de chocolat.
Servir à température ambiante.


Née et élevée à Turin, Katia Delogu est une chef pâtissière très passionnée qui est arrivée à New York en 2010 pour devenir chef pâtissier exécutif chez Eataly. Depuis, Katia parcourt le monde pour former de jeunes chefs pâtissiers et ouvrir de nouvelles pâtisseries pour Eataly.

« J'ai deux objectifs ambitieux. Tout d'abord, je veux présenter la vraie pâtisserie italienne aux Américains, et ensuite, je veux former plus de femmes professionnelles en tant que pâtissières, car les hommes ont toujours dominé la scène de la pâtisserie.

Katia, parle de la différence entre les pâtisseries italiennes et américaines, décrivant comment la pâtisserie évolue aux États-Unis et ce que les Américains aiment le plus.

Quelles sont les principales différences entre la pâtisserie italienne et la pâtisserie américaine ?
La pâtisserie américaine, c'est avant tout la simplicité – une recherche minutieuse de produits naturels, de saison et locaux, mais surtout, elle repose sur une technique très simple. Ce qui me frappe [à propos des pâtisseries américaines], c'est l'utilisation de tant de saveurs et d'épices. En Italie, c'est l'inverse : on a tendance à valoriser les principaux ingrédients d'une recette. La pâtisserie italienne est le résultat d'influences historiques et culturelles qui la rendent plus sophistiquée et plus riche.

Pourquoi la pâtisserie italienne classique semble-t-elle avoir du mal à décoller aux États-Unis ?
Outre la pâtisserie italienne, la pâtisserie "moderne", en général, a eu du mal à décoller [en Amérique] en raison de différences historiques et culturelles. Par exemple, aux USA, on a toujours considéré le dessert comme gourmand et riche, alors que l'évolution de la pâtisserie européenne a connu une certaine évolution vers une esthétique ou un goût plus sain, utilisant des ingrédients de plus en plus sophistiqués. Il existe cependant un compromis quelque part entre les deux et, par conséquent, une grande appréciation (et un grand succès) sur le marché américain s'est développée pour les pâtisseries traditionnelles du sud de l'Italie.

Les sucreries du sud de l'Italie sont une sorte de nourriture réconfortante pour les Américains puisqu'elles ont été les premières à être importées et fabriquées par des immigrants du sud de l'Italie. Pas seulement à cause de cela, cependant. Les pâtisseries du sud de l'Italie, comme les cannoli et le babà, sont riches et sucrées comme les pâtisseries américaines. En termes d'italien pasticceria, les Américains s'identifient le plus souvent à ceux-ci.

Quels sont les desserts italiens les le plus populaire auprès des Américains?
Cannoli, sfogliatelles, baba, et bien sûr, le tiramisu. Au cours de mes 10 années d'expérience chez Eataly, nous avons essayé et contribué à faire connaître un peu plus la pâtisserie italienne moderne, ainsi que les différentes pâtisseries italiennes régionales.

Katia Delogu avec le célèbre chef pâtissier italien Corrado Assenza

Qu'aimez-vous le plus dans la pâtisserie américaine ?
Sa simplicité, la grandeur d'une certaine technique, faisant référence à une pâtisserie monumentale. Certaines créations sont une œuvre d'art.

A l'italien pasticceria évolué en Italie et en Amérique ?
En Italie beaucoup – enfin ! Nous nous sommes adaptés au reste de l'Europe et du monde, en adoptant de nouvelles techniques et en réalisant des pâtisseries plus légères.

Quelles sont les principales caractéristiques de la pâtisserie italienne ?
La recherche, l'évolution et la redécouverte en cours commencent à partir d'un vaste contexte régional, historique et culinaire. Les pâtissiers italiens ont de la chance car ils peuvent choisir parmi une large gamme d'ingrédients de très haute qualité et les combiner pour le meilleur résultat. Les ingrédients font l'affaire pour moi!

Pourquoi avez-vous choisi Torta di Toro comme recette à partager ?
J'ai choisi ce gâteau car c'est celui qui me représente le plus. Il est composé de mes ingrédients préférés : les noisettes du Piemonte. Je l'ai créé il y a longtemps, et je l'ai dédié à mon équipe de foot préférée : Turin.

Torta di Toro de Katia Delogu

Torta di Toro: Une recette de la chef pâtissière Katia Delogu

Ingrédients pour la « frolla » (croûte):
70 g de beurre (5 cuillères à soupe)
40 g de sucre (1/5 tasse)
1 oeuf
100 g de farine 100 gr (¾ tasse)

Méthode:
Mélanger les ingrédients ensemble dans l'ordre indiqué. Laisser reposer la frolla au réfrigérateur pendant 2 heures. Après le repos, étalez la pâte jusqu'à 4 mm d'épaisseur. Utiliser pour couvrir un moule à cake beurré (20 cm de diamètre).

Ingrédients pour le « frangipanier » :

80 g de beurre (1/3 tasse)
80 g de sucre (2/5 tasse)
2 oeufs
80 g de farine de noisette (¾ tasse)

Méthode:
À l'aide d'une spatule, mélanger le beurre et le sucre dans un mélangeur fixe. Ajouter un œuf à la fois, suivi de la farine. Répandre la frangipane sur le frotter croûte et cuire au four à 325 pendant 35 minutes. Laissez refroidir le gâteau avant de le démouler. Conserver au réfrigérateur.

Ingrédients pour le « cremino » (garniture) :
100 g de chocolat blanc (4 onces)
100 g de pâte de noisettes (4 oz)

Méthode:
Faire fondre le chocolat et ajouter la pâte de noisettes. Combiner.

Ingrédients pour l'assemblage et la décoration :

50 g de chocolat au lait (2 onces)
Noisettes entières
Gianduia chocolat pour la décoration

Faites fondre 50 g de chocolat au lait et utilisez-le pour faire une couronne autour du gâteau, suivi des noisettes entières. Laissez le gâteau prendre au réfrigérateur, puis versez le fondu cremino dessus (attention à ne pas trop le remplir !) et le remettre au réfrigérateur pour qu'il durcisse à nouveau.
Décorer avec rasé gianduia boucles de chocolat.
Servir à température ambiante.


Née et élevée à Turin, Katia Delogu est une chef pâtissière très passionnée qui est arrivée à New York en 2010 pour devenir chef pâtissier exécutif chez Eataly. Depuis, Katia parcourt le monde pour former de jeunes pâtissiers et ouvrir de nouvelles pâtisseries pour Eataly.

« J'ai deux objectifs ambitieux. Tout d'abord, je veux présenter la vraie pâtisserie italienne aux Américains, et ensuite, je veux former plus de femmes professionnelles en tant que pâtissières, car les hommes ont toujours dominé la scène de la pâtisserie.

Katia, parle de la différence entre les pâtisseries italiennes et américaines, décrivant comment la pâtisserie évolue aux États-Unis et ce que les Américains aiment le plus.

Quelles sont les principales différences entre la pâtisserie italienne et la pâtisserie américaine ?
La pâtisserie américaine, c'est avant tout la simplicité – une recherche minutieuse de produits naturels, de saison et locaux, mais surtout, elle repose sur une technique très simple. Ce qui me frappe [à propos des pâtisseries américaines], c'est l'utilisation de tant de saveurs et d'épices. En Italie, c'est l'inverse : on a tendance à valoriser les principaux ingrédients d'une recette. La pâtisserie italienne est le résultat d'influences historiques et culturelles qui la rendent plus sophistiquée et plus riche.

Pourquoi la pâtisserie italienne classique semble-t-elle avoir du mal à décoller aux États-Unis ?
Outre la pâtisserie italienne, la pâtisserie "moderne", en général, a eu du mal à décoller [en Amérique] en raison de différences historiques et culturelles. Par exemple, aux USA, on a toujours considéré le dessert comme gourmand et riche, alors que l'évolution de la pâtisserie européenne a connu une certaine évolution vers une esthétique ou un goût plus sain, utilisant des ingrédients de plus en plus sophistiqués. Il existe cependant un compromis quelque part entre les deux et, par conséquent, une grande appréciation (et un grand succès) sur le marché américain s'est développée pour les pâtisseries traditionnelles du sud de l'Italie.

Les sucreries du sud de l'Italie sont une sorte de nourriture réconfortante pour les Américains puisqu'elles ont été les premières à être importées et fabriquées par des immigrants du sud de l'Italie. Pas seulement à cause de cela, cependant. Les pâtisseries du sud de l'Italie, comme les cannoli et le babà, sont riches et sucrées comme les pâtisseries américaines. En termes d'italien pasticceria, les Américains s'identifient le plus souvent à ceux-ci.

Quels sont les desserts italiens les le plus populaire auprès des Américains?
Cannoli, sfogliatelles, baba, et bien sûr, le tiramisu. Au cours de mes 10 années d'expérience chez Eataly, nous avons essayé et contribué à faire connaître un peu plus la pâtisserie italienne moderne, ainsi que les différentes pâtisseries italiennes régionales.

Katia Delogu avec le célèbre chef pâtissier italien Corrado Assenza

Qu'aimez-vous le plus dans la pâtisserie américaine ?
Sa simplicité, la grandeur d'une certaine technique, faisant référence à une pâtisserie monumentale. Certaines créations sont une œuvre d'art.

A l'italien pasticceria évolué en Italie et en Amérique ?
En Italie beaucoup – enfin ! Nous nous sommes adaptés au reste de l'Europe et du monde, en adoptant de nouvelles techniques et en réalisant des pâtisseries plus légères.

Quelles sont les principales caractéristiques de la pâtisserie italienne ?
La recherche, l'évolution et la redécouverte en cours commencent à partir d'un vaste contexte régional, historique et culinaire. Les pâtissiers italiens ont de la chance car ils peuvent choisir parmi une large gamme d'ingrédients de très haute qualité et les combiner pour le meilleur résultat. Les ingrédients font l'affaire pour moi!

Pourquoi avez-vous choisi Torta di Toro comme recette à partager ?
J'ai choisi ce gâteau car c'est celui qui me représente le plus. Il est composé de mes ingrédients préférés : les noisettes du Piemonte. Je l'ai créé il y a longtemps, et je l'ai dédié à mon équipe de foot préférée : Turin.

Torta di Toro de Katia Delogu

Torta di Toro: Une recette de la chef pâtissière Katia Delogu

Ingrédients pour la « frolla » (croûte):
70 g de beurre (5 cuillères à soupe)
40 g de sucre (1/5 tasse)
1 oeuf
100 g de farine 100 gr (¾ tasse)

Méthode:
Mélanger les ingrédients ensemble dans l'ordre indiqué. Laisser reposer la frolla au réfrigérateur pendant 2 heures. Après repos, étaler la pâte jusqu'à 4 mm d'épaisseur. Utiliser pour couvrir un moule à cake beurré (20 cm de diamètre).

Ingrédients pour le « frangipanier » :

80 g de beurre (1/3 tasse)
80 g de sucre (2/5 tasse)
2 oeufs
80 g de farine de noisette (¾ tasse)

Méthode:
À l'aide d'une spatule, mélanger le beurre et le sucre dans un mélangeur fixe. Ajouter un œuf à la fois, suivi de la farine. Répandre la frangipane sur le frotter croûte et cuire au four à 325 pendant 35 minutes. Laissez refroidir le gâteau avant de le démouler. Conserver au réfrigérateur.

Ingrédients pour le « cremino » (garniture) :
100 g de chocolat blanc (4 onces)
100 g de pâte de noisettes (4 oz)

Méthode:
Faire fondre le chocolat et ajouter la pâte de noisettes. Combiner.

Ingrédients pour l'assemblage et la décoration :

50 g de chocolat au lait (2 onces)
Noisettes entières
Gianduia chocolat pour la décoration

Faites fondre 50 g de chocolat au lait et utilisez-le pour faire une couronne autour du gâteau, suivi des noisettes entières. Laisser reposer le gâteau au réfrigérateur, puis verser le fondu cremino dessus (attention à ne pas trop le remplir !) et le remettre au réfrigérateur pour qu'il durcisse à nouveau.
Décorer avec rasé gianduia boucles de chocolat.
Servir à température ambiante.


Née et élevée à Turin, Katia Delogu est une chef pâtissière très passionnée qui est arrivée à New York en 2010 pour devenir chef pâtissier exécutif chez Eataly. Depuis, Katia parcourt le monde pour former de jeunes chefs pâtissiers et ouvrir de nouvelles pâtisseries pour Eataly.

« J'ai deux objectifs ambitieux. Tout d'abord, je veux présenter la vraie pâtisserie italienne aux Américains, et ensuite, je veux former plus de femmes professionnelles en tant que pâtissières, car les hommes ont toujours dominé la scène de la pâtisserie.

Katia, parle de la différence entre les pâtisseries italiennes et américaines, décrivant comment la pâtisserie évolue aux États-Unis et ce que les Américains aiment le plus.

Quelles sont les principales différences entre la pâtisserie italienne et la pâtisserie américaine ?
La pâtisserie américaine, c'est avant tout la simplicité – une recherche minutieuse de produits naturels, de saison et locaux, mais surtout, elle repose sur une technique très simple. Ce qui me frappe [à propos des pâtisseries américaines], c'est l'utilisation de tant de saveurs et d'épices. En Italie, c'est l'inverse : on a tendance à valoriser les principaux ingrédients d'une recette. La pâtisserie italienne est le résultat d'influences historiques et culturelles qui la rendent plus sophistiquée et plus riche.

Pourquoi la pâtisserie italienne classique semble-t-elle avoir du mal à décoller aux États-Unis ?
Outre la pâtisserie italienne, la pâtisserie "moderne", en général, a eu du mal à décoller [en Amérique] en raison de différences historiques et culturelles. Par exemple, aux USA, on a toujours considéré le dessert comme gourmand et riche, alors que l'évolution de la pâtisserie européenne a connu une certaine évolution vers une esthétique ou un goût plus sain, utilisant des ingrédients de plus en plus sophistiqués. Cependant, il existe un compromis quelque part entre les deux et, par conséquent, une grande appréciation (et un succès) sur le marché américain s'est développée pour les pâtisseries traditionnelles du sud de l'Italie.

Les sucreries du sud de l'Italie sont une sorte de nourriture réconfortante pour les Américains puisqu'elles ont été les premières à être importées et fabriquées par des immigrants du sud de l'Italie. Pas seulement à cause de cela, cependant. Les pâtisseries du sud de l'Italie, comme les cannoli et le babà, sont riches et sucrées comme les pâtisseries américaines. En termes d'italien pasticceria, les Américains s'identifient le plus souvent à ceux-ci.

Quels sont les desserts italiens les le plus populaire auprès des Américains?
Cannoli, sfogliatelles, baba, et bien sûr, le tiramisu. Au cours de mes 10 années d'expérience chez Eataly, nous avons essayé et contribué à faire connaître un peu plus la pâtisserie italienne moderne, ainsi que les différentes pâtisseries italiennes régionales.

Katia Delogu avec le célèbre chef pâtissier italien Corrado Assenza

Qu'aimez-vous le plus dans la pâtisserie américaine ?
Sa simplicité, la grandeur d'une certaine technique, faisant référence à une pâtisserie monumentale. Certaines créations sont une œuvre d'art.

A l'italien pasticceria évolué en Italie et en Amérique ?
En Italie beaucoup – enfin ! Nous nous sommes adaptés au reste de l'Europe et du monde, en adoptant de nouvelles techniques et en réalisant des pâtisseries plus légères.

Quelles sont les principales caractéristiques de la pâtisserie italienne ?
La recherche, l'évolution et la redécouverte en cours commencent à partir d'un vaste contexte régional, historique et culinaire. Les pâtissiers italiens ont de la chance car ils peuvent choisir parmi une large gamme d'ingrédients de très haute qualité et les combiner pour le meilleur résultat. Les ingrédients font l'affaire pour moi!

Pourquoi avez-vous choisi Torta di Toro comme recette à partager ?
J'ai choisi ce gâteau car c'est celui qui me représente le plus. Il est composé de mes ingrédients préférés : les noisettes du Piemonte. Je l'ai créé il y a longtemps, et je l'ai dédié à mon équipe de foot préférée : Turin.

Torta di Toro de Katia Delogu

Torta di Toro: Une recette de la chef pâtissière Katia Delogu

Ingrédients pour la « frolla » (croûte):
70 g de beurre (5 cuillères à soupe)
40 g de sucre (1/5 tasse)
1 oeuf
100 g de farine 100 gr (¾ tasse)

Méthode:
Mélanger les ingrédients ensemble dans l'ordre indiqué. Laisser reposer la frolla au réfrigérateur pendant 2 heures. Après repos, étaler la pâte jusqu'à 4 mm d'épaisseur. Utiliser pour couvrir un moule à cake beurré (20 cm de diamètre).

Ingrédients pour le « frangipanier » :

80 g de beurre (1/3 tasse)
80 g de sucre (2/5 tasse)
2 oeufs
80 g de farine de noisette (¾ tasse)

Méthode:
À l'aide d'une spatule, mélanger le beurre et le sucre dans un mélangeur fixe. Ajouter un œuf à la fois, suivi de la farine. Répandre la frangipane sur le frotter croûte et cuire au four à 325 pendant 35 minutes. Laissez refroidir le gâteau avant de le démouler. Conserver au réfrigérateur.

Ingrédients pour le « cremino » (garniture) :
100 g de chocolat blanc (4 onces)
100 g de pâte de noisettes (4 oz)

Méthode:
Faire fondre le chocolat et ajouter la pâte de noisettes. Combiner.

Ingrédients pour l'assemblage et la décoration :

50 g de chocolat au lait (2 onces)
Noisettes entières
Gianduia chocolat pour la décoration

Faites fondre 50 g de chocolat au lait et utilisez-le pour faire une couronne autour du gâteau, suivi des noisettes entières. Laisser reposer le gâteau au réfrigérateur, puis verser le fondu cremino on top (be careful to not over fill it!) and return it to the fridge to set once more.
Decorate with shaved gianduia chocolate curls.
Servir à température ambiante.


Born and raised in Turin, Katia Delogu is a very passionate pastry chef who came to New York in 2010 to become the Executive Pastry Chef at Eataly. Since then, Katia has been traveling all around the world to train young pastry chefs and open new pastry shops for Eataly.

“I have two ambitious goals. First of all, I want to introduce the real Italian pastry to Americans, and then, I want to train more professional women as pastry chefs, since men have always dominated the pastry scene.”

Katia, talks about the difference between Italian and American pastries, describing how the pastry is evolving in the USA and what Americans like most.

What are the main differences between Italian pastry and American pastry?
American pastry is mostly about being simple – a careful search for natural, seasonal and local products, but most of all, it is based on a very simple technique. What strikes me [about American pastries] is the use of so many flavors and spices. In Italy, it’s the opposite – we tend to enhance the main ingredients of a recipe. Italian pastry is the result of historical and cultural influences that make it more sophisticated and rich.

Why has the classic Italian pastry seemed to struggle with taking off in the USA?
Besides the Italian pastry shop, the "modern" pastry shop, in general, has struggled to take off [in America] due to historical and cultural differences. For example, in the USA, we have always looked at dessert as indulgent and rich, while the evolution of the European pastry has experienced a certain evolution toward a healthier aesthetic or taste, using increasingly sophisticated ingredients. There is a compromise somewhere in between, however, and consequently, a great appreciation (and success) in the American market has grown for traditional pastries from Italy’s South.

Sweets from the South of Italy are a sort of comfort food for Americans since they were the first to be imported and made by immigrants from Southern Italy. Not only because of that, though. Southern Italian pastries, such as cannoli and babà – are rich and sweet like American pastries. In terms of Italian pasticceria, Americans identify most often with these.

Which Italian desserts are les most popular with Americans?
Cannoli, sfogliatelle, babà, and of course, tiramisù. During my 10 years of experience at Eataly, we tried and contributed to making the modern Italian pastry a little more well-known, along with the different regional Italian pastries.

Katia Delogu with the famous Italian pastry chef Corrado Assenza

What do you like most about American pastry?
Its simplicity, the grandeur of a certain technique, referring to a monumental pastry. Some creations are a piece of art.

Has Italian pasticceria evolved in Italy and America?
In Italy a lot – finally! We have adapted to the rest of Europe and the world, by adopting new techniques and making lighter pastries.

What are the main characteristics of Italian pastry?
The ongoing research, evolution, and rediscovery starts from a huge, historical, and culinary regional background. Italian pastry chefs are lucky because they can choose from a wide range of very high-quality ingredients and combine them for the best outcome. Ingredients do the trick for me!

Why have you chosen Torta di Toro as a recipe to share?
I chose this cake because it’s the one that represents me the most. It’s made out of my favorite ingredients: hazelnuts from Piemonte. I created it a long time ago, and I dedicated it to my favorite soccer team: Torino.

Torta di Toro by Katia Delogu

Torta di Toro: A Recipe by Pastry Chef Katia Delogu

Ingredients for the ‘frolla’ (crust):
70 g butter (5 tbsp)
40 g sugar (1/5 cup)
1 oeuf
100 g flour 100 gr (¾ cup)

Méthode:
Mix ingredients together in the order listed. Let the frolla rest in the fridge for 2 hours. After resting, roll out the dough until 4 mm thick. Use to cover a greased cake pan (20 cm diameter).

Ingredients for the ‘frangipani’:

80 g butter (1/3 cup)
80 g sugar (2/5 cup)
2 oeufs
80 g hazelnut flour (¾ cup)

Méthode:
Using a paddle attachment, mix the butter and sugar in a stationary mixer. Add one egg at a time, followed by the flour. Spread the frangipane on the frolla crust and bake it at 325 for 35 minutes. Let the cake cool before removing from the mold. Keep in the fridge.

Ingredients for the ‘cremino’ (filling):
100 g white chocolate (4 oz)
100 g hazelnut paste (4 oz)

Méthode:
Melt the chocolate and add the hazelnut paste. Combine.

Ingredients for assembly & decoration:

50 g milk chocolate (2 oz)
Whole hazelnuts
Gianduia chocolate for decoration

Melt 50 g milk chocolate and use it to make a crown around the cake, followed by the whole hazelnuts. Let the cake set in the fridge, then pour the melted cremino on top (be careful to not over fill it!) and return it to the fridge to set once more.
Decorate with shaved gianduia chocolate curls.
Servir à température ambiante.


Born and raised in Turin, Katia Delogu is a very passionate pastry chef who came to New York in 2010 to become the Executive Pastry Chef at Eataly. Since then, Katia has been traveling all around the world to train young pastry chefs and open new pastry shops for Eataly.

“I have two ambitious goals. First of all, I want to introduce the real Italian pastry to Americans, and then, I want to train more professional women as pastry chefs, since men have always dominated the pastry scene.”

Katia, talks about the difference between Italian and American pastries, describing how the pastry is evolving in the USA and what Americans like most.

What are the main differences between Italian pastry and American pastry?
American pastry is mostly about being simple – a careful search for natural, seasonal and local products, but most of all, it is based on a very simple technique. What strikes me [about American pastries] is the use of so many flavors and spices. In Italy, it’s the opposite – we tend to enhance the main ingredients of a recipe. Italian pastry is the result of historical and cultural influences that make it more sophisticated and rich.

Why has the classic Italian pastry seemed to struggle with taking off in the USA?
Besides the Italian pastry shop, the "modern" pastry shop, in general, has struggled to take off [in America] due to historical and cultural differences. For example, in the USA, we have always looked at dessert as indulgent and rich, while the evolution of the European pastry has experienced a certain evolution toward a healthier aesthetic or taste, using increasingly sophisticated ingredients. There is a compromise somewhere in between, however, and consequently, a great appreciation (and success) in the American market has grown for traditional pastries from Italy’s South.

Sweets from the South of Italy are a sort of comfort food for Americans since they were the first to be imported and made by immigrants from Southern Italy. Not only because of that, though. Southern Italian pastries, such as cannoli and babà – are rich and sweet like American pastries. In terms of Italian pasticceria, Americans identify most often with these.

Which Italian desserts are les most popular with Americans?
Cannoli, sfogliatelle, babà, and of course, tiramisù. During my 10 years of experience at Eataly, we tried and contributed to making the modern Italian pastry a little more well-known, along with the different regional Italian pastries.

Katia Delogu with the famous Italian pastry chef Corrado Assenza

What do you like most about American pastry?
Its simplicity, the grandeur of a certain technique, referring to a monumental pastry. Some creations are a piece of art.

Has Italian pasticceria evolved in Italy and America?
In Italy a lot – finally! We have adapted to the rest of Europe and the world, by adopting new techniques and making lighter pastries.

What are the main characteristics of Italian pastry?
The ongoing research, evolution, and rediscovery starts from a huge, historical, and culinary regional background. Italian pastry chefs are lucky because they can choose from a wide range of very high-quality ingredients and combine them for the best outcome. Ingredients do the trick for me!

Why have you chosen Torta di Toro as a recipe to share?
I chose this cake because it’s the one that represents me the most. It’s made out of my favorite ingredients: hazelnuts from Piemonte. I created it a long time ago, and I dedicated it to my favorite soccer team: Torino.

Torta di Toro by Katia Delogu

Torta di Toro: A Recipe by Pastry Chef Katia Delogu

Ingredients for the ‘frolla’ (crust):
70 g butter (5 tbsp)
40 g sugar (1/5 cup)
1 oeuf
100 g flour 100 gr (¾ cup)

Méthode:
Mix ingredients together in the order listed. Let the frolla rest in the fridge for 2 hours. After resting, roll out the dough until 4 mm thick. Use to cover a greased cake pan (20 cm diameter).

Ingredients for the ‘frangipani’:

80 g butter (1/3 cup)
80 g sugar (2/5 cup)
2 oeufs
80 g hazelnut flour (¾ cup)

Méthode:
Using a paddle attachment, mix the butter and sugar in a stationary mixer. Add one egg at a time, followed by the flour. Spread the frangipane on the frolla crust and bake it at 325 for 35 minutes. Let the cake cool before removing from the mold. Keep in the fridge.

Ingredients for the ‘cremino’ (filling):
100 g white chocolate (4 oz)
100 g hazelnut paste (4 oz)

Méthode:
Melt the chocolate and add the hazelnut paste. Combine.

Ingredients for assembly & decoration:

50 g milk chocolate (2 oz)
Whole hazelnuts
Gianduia chocolate for decoration

Melt 50 g milk chocolate and use it to make a crown around the cake, followed by the whole hazelnuts. Let the cake set in the fridge, then pour the melted cremino on top (be careful to not over fill it!) and return it to the fridge to set once more.
Decorate with shaved gianduia chocolate curls.
Servir à température ambiante.


Born and raised in Turin, Katia Delogu is a very passionate pastry chef who came to New York in 2010 to become the Executive Pastry Chef at Eataly. Since then, Katia has been traveling all around the world to train young pastry chefs and open new pastry shops for Eataly.

“I have two ambitious goals. First of all, I want to introduce the real Italian pastry to Americans, and then, I want to train more professional women as pastry chefs, since men have always dominated the pastry scene.”

Katia, talks about the difference between Italian and American pastries, describing how the pastry is evolving in the USA and what Americans like most.

What are the main differences between Italian pastry and American pastry?
American pastry is mostly about being simple – a careful search for natural, seasonal and local products, but most of all, it is based on a very simple technique. What strikes me [about American pastries] is the use of so many flavors and spices. In Italy, it’s the opposite – we tend to enhance the main ingredients of a recipe. Italian pastry is the result of historical and cultural influences that make it more sophisticated and rich.

Why has the classic Italian pastry seemed to struggle with taking off in the USA?
Besides the Italian pastry shop, the "modern" pastry shop, in general, has struggled to take off [in America] due to historical and cultural differences. For example, in the USA, we have always looked at dessert as indulgent and rich, while the evolution of the European pastry has experienced a certain evolution toward a healthier aesthetic or taste, using increasingly sophisticated ingredients. There is a compromise somewhere in between, however, and consequently, a great appreciation (and success) in the American market has grown for traditional pastries from Italy’s South.

Sweets from the South of Italy are a sort of comfort food for Americans since they were the first to be imported and made by immigrants from Southern Italy. Not only because of that, though. Southern Italian pastries, such as cannoli and babà – are rich and sweet like American pastries. In terms of Italian pasticceria, Americans identify most often with these.

Which Italian desserts are les most popular with Americans?
Cannoli, sfogliatelle, babà, and of course, tiramisù. During my 10 years of experience at Eataly, we tried and contributed to making the modern Italian pastry a little more well-known, along with the different regional Italian pastries.

Katia Delogu with the famous Italian pastry chef Corrado Assenza

What do you like most about American pastry?
Its simplicity, the grandeur of a certain technique, referring to a monumental pastry. Some creations are a piece of art.

Has Italian pasticceria evolved in Italy and America?
In Italy a lot – finally! We have adapted to the rest of Europe and the world, by adopting new techniques and making lighter pastries.

What are the main characteristics of Italian pastry?
The ongoing research, evolution, and rediscovery starts from a huge, historical, and culinary regional background. Italian pastry chefs are lucky because they can choose from a wide range of very high-quality ingredients and combine them for the best outcome. Ingredients do the trick for me!

Why have you chosen Torta di Toro as a recipe to share?
I chose this cake because it’s the one that represents me the most. It’s made out of my favorite ingredients: hazelnuts from Piemonte. I created it a long time ago, and I dedicated it to my favorite soccer team: Torino.

Torta di Toro by Katia Delogu

Torta di Toro: A Recipe by Pastry Chef Katia Delogu

Ingredients for the ‘frolla’ (crust):
70 g butter (5 tbsp)
40 g sugar (1/5 cup)
1 oeuf
100 g flour 100 gr (¾ cup)

Méthode:
Mix ingredients together in the order listed. Let the frolla rest in the fridge for 2 hours. After resting, roll out the dough until 4 mm thick. Use to cover a greased cake pan (20 cm diameter).

Ingredients for the ‘frangipani’:

80 g butter (1/3 cup)
80 g sugar (2/5 cup)
2 oeufs
80 g hazelnut flour (¾ cup)

Méthode:
Using a paddle attachment, mix the butter and sugar in a stationary mixer. Add one egg at a time, followed by the flour. Spread the frangipane on the frolla crust and bake it at 325 for 35 minutes. Let the cake cool before removing from the mold. Keep in the fridge.

Ingredients for the ‘cremino’ (filling):
100 g white chocolate (4 oz)
100 g hazelnut paste (4 oz)

Méthode:
Melt the chocolate and add the hazelnut paste. Combine.

Ingredients for assembly & decoration:

50 g milk chocolate (2 oz)
Whole hazelnuts
Gianduia chocolate for decoration

Melt 50 g milk chocolate and use it to make a crown around the cake, followed by the whole hazelnuts. Let the cake set in the fridge, then pour the melted cremino on top (be careful to not over fill it!) and return it to the fridge to set once more.
Decorate with shaved gianduia chocolate curls.
Servir à température ambiante.


Born and raised in Turin, Katia Delogu is a very passionate pastry chef who came to New York in 2010 to become the Executive Pastry Chef at Eataly. Since then, Katia has been traveling all around the world to train young pastry chefs and open new pastry shops for Eataly.

“I have two ambitious goals. First of all, I want to introduce the real Italian pastry to Americans, and then, I want to train more professional women as pastry chefs, since men have always dominated the pastry scene.”

Katia, talks about the difference between Italian and American pastries, describing how the pastry is evolving in the USA and what Americans like most.

What are the main differences between Italian pastry and American pastry?
American pastry is mostly about being simple – a careful search for natural, seasonal and local products, but most of all, it is based on a very simple technique. What strikes me [about American pastries] is the use of so many flavors and spices. In Italy, it’s the opposite – we tend to enhance the main ingredients of a recipe. Italian pastry is the result of historical and cultural influences that make it more sophisticated and rich.

Why has the classic Italian pastry seemed to struggle with taking off in the USA?
Besides the Italian pastry shop, the "modern" pastry shop, in general, has struggled to take off [in America] due to historical and cultural differences. For example, in the USA, we have always looked at dessert as indulgent and rich, while the evolution of the European pastry has experienced a certain evolution toward a healthier aesthetic or taste, using increasingly sophisticated ingredients. There is a compromise somewhere in between, however, and consequently, a great appreciation (and success) in the American market has grown for traditional pastries from Italy’s South.

Sweets from the South of Italy are a sort of comfort food for Americans since they were the first to be imported and made by immigrants from Southern Italy. Not only because of that, though. Southern Italian pastries, such as cannoli and babà – are rich and sweet like American pastries. In terms of Italian pasticceria, Americans identify most often with these.

Which Italian desserts are les most popular with Americans?
Cannoli, sfogliatelle, babà, and of course, tiramisù. During my 10 years of experience at Eataly, we tried and contributed to making the modern Italian pastry a little more well-known, along with the different regional Italian pastries.

Katia Delogu with the famous Italian pastry chef Corrado Assenza

What do you like most about American pastry?
Its simplicity, the grandeur of a certain technique, referring to a monumental pastry. Some creations are a piece of art.

Has Italian pasticceria evolved in Italy and America?
In Italy a lot – finally! We have adapted to the rest of Europe and the world, by adopting new techniques and making lighter pastries.

What are the main characteristics of Italian pastry?
The ongoing research, evolution, and rediscovery starts from a huge, historical, and culinary regional background. Italian pastry chefs are lucky because they can choose from a wide range of very high-quality ingredients and combine them for the best outcome. Ingredients do the trick for me!

Why have you chosen Torta di Toro as a recipe to share?
I chose this cake because it’s the one that represents me the most. It’s made out of my favorite ingredients: hazelnuts from Piemonte. I created it a long time ago, and I dedicated it to my favorite soccer team: Torino.

Torta di Toro by Katia Delogu

Torta di Toro: A Recipe by Pastry Chef Katia Delogu

Ingredients for the ‘frolla’ (crust):
70 g butter (5 tbsp)
40 g sugar (1/5 cup)
1 oeuf
100 g flour 100 gr (¾ cup)

Méthode:
Mix ingredients together in the order listed. Let the frolla rest in the fridge for 2 hours. After resting, roll out the dough until 4 mm thick. Use to cover a greased cake pan (20 cm diameter).

Ingredients for the ‘frangipani’:

80 g butter (1/3 cup)
80 g sugar (2/5 cup)
2 oeufs
80 g hazelnut flour (¾ cup)

Méthode:
Using a paddle attachment, mix the butter and sugar in a stationary mixer. Add one egg at a time, followed by the flour. Spread the frangipane on the frolla crust and bake it at 325 for 35 minutes. Let the cake cool before removing from the mold. Keep in the fridge.

Ingredients for the ‘cremino’ (filling):
100 g white chocolate (4 oz)
100 g hazelnut paste (4 oz)

Méthode:
Melt the chocolate and add the hazelnut paste. Combine.

Ingredients for assembly & decoration:

50 g milk chocolate (2 oz)
Whole hazelnuts
Gianduia chocolate for decoration

Melt 50 g milk chocolate and use it to make a crown around the cake, followed by the whole hazelnuts. Let the cake set in the fridge, then pour the melted cremino on top (be careful to not over fill it!) and return it to the fridge to set once more.
Decorate with shaved gianduia chocolate curls.
Servir à température ambiante.


Born and raised in Turin, Katia Delogu is a very passionate pastry chef who came to New York in 2010 to become the Executive Pastry Chef at Eataly. Since then, Katia has been traveling all around the world to train young pastry chefs and open new pastry shops for Eataly.

“I have two ambitious goals. First of all, I want to introduce the real Italian pastry to Americans, and then, I want to train more professional women as pastry chefs, since men have always dominated the pastry scene.”

Katia, talks about the difference between Italian and American pastries, describing how the pastry is evolving in the USA and what Americans like most.

What are the main differences between Italian pastry and American pastry?
American pastry is mostly about being simple – a careful search for natural, seasonal and local products, but most of all, it is based on a very simple technique. What strikes me [about American pastries] is the use of so many flavors and spices. In Italy, it’s the opposite – we tend to enhance the main ingredients of a recipe. Italian pastry is the result of historical and cultural influences that make it more sophisticated and rich.

Why has the classic Italian pastry seemed to struggle with taking off in the USA?
Besides the Italian pastry shop, the "modern" pastry shop, in general, has struggled to take off [in America] due to historical and cultural differences. For example, in the USA, we have always looked at dessert as indulgent and rich, while the evolution of the European pastry has experienced a certain evolution toward a healthier aesthetic or taste, using increasingly sophisticated ingredients. There is a compromise somewhere in between, however, and consequently, a great appreciation (and success) in the American market has grown for traditional pastries from Italy’s South.

Sweets from the South of Italy are a sort of comfort food for Americans since they were the first to be imported and made by immigrants from Southern Italy. Not only because of that, though. Southern Italian pastries, such as cannoli and babà – are rich and sweet like American pastries. In terms of Italian pasticceria, Americans identify most often with these.

Which Italian desserts are les most popular with Americans?
Cannoli, sfogliatelle, babà, and of course, tiramisù. During my 10 years of experience at Eataly, we tried and contributed to making the modern Italian pastry a little more well-known, along with the different regional Italian pastries.

Katia Delogu with the famous Italian pastry chef Corrado Assenza

What do you like most about American pastry?
Its simplicity, the grandeur of a certain technique, referring to a monumental pastry. Some creations are a piece of art.

Has Italian pasticceria evolved in Italy and America?
In Italy a lot – finally! We have adapted to the rest of Europe and the world, by adopting new techniques and making lighter pastries.

What are the main characteristics of Italian pastry?
The ongoing research, evolution, and rediscovery starts from a huge, historical, and culinary regional background. Italian pastry chefs are lucky because they can choose from a wide range of very high-quality ingredients and combine them for the best outcome. Ingredients do the trick for me!

Why have you chosen Torta di Toro as a recipe to share?
I chose this cake because it’s the one that represents me the most. It’s made out of my favorite ingredients: hazelnuts from Piemonte. I created it a long time ago, and I dedicated it to my favorite soccer team: Torino.

Torta di Toro by Katia Delogu

Torta di Toro: A Recipe by Pastry Chef Katia Delogu

Ingredients for the ‘frolla’ (crust):
70 g butter (5 tbsp)
40 g sugar (1/5 cup)
1 oeuf
100 g flour 100 gr (¾ cup)

Méthode:
Mix ingredients together in the order listed. Let the frolla rest in the fridge for 2 hours. After resting, roll out the dough until 4 mm thick. Use to cover a greased cake pan (20 cm diameter).

Ingredients for the ‘frangipani’:

80 g butter (1/3 cup)
80 g sugar (2/5 cup)
2 oeufs
80 g hazelnut flour (¾ cup)

Méthode:
Using a paddle attachment, mix the butter and sugar in a stationary mixer. Add one egg at a time, followed by the flour. Spread the frangipane on the frolla crust and bake it at 325 for 35 minutes. Let the cake cool before removing from the mold. Keep in the fridge.

Ingredients for the ‘cremino’ (filling):
100 g white chocolate (4 oz)
100 g hazelnut paste (4 oz)

Méthode:
Melt the chocolate and add the hazelnut paste. Combine.

Ingredients for assembly & decoration:

50 g milk chocolate (2 oz)
Whole hazelnuts
Gianduia chocolate for decoration

Melt 50 g milk chocolate and use it to make a crown around the cake, followed by the whole hazelnuts. Let the cake set in the fridge, then pour the melted cremino on top (be careful to not over fill it!) and return it to the fridge to set once more.
Decorate with shaved gianduia chocolate curls.
Servir à température ambiante.


Voir la vidéo: Filme completo o Toro Ferdinando (Août 2022).